Nikolo Kotzev's
Nostradamus

(SPV Steamhammer)

CD1
1 - Overture
2 - Pieces Of A Dream
3 - Desecration
4 - Introduction
5 - Home Again
6 - Henriette
7 - Caught Up In A Rush
8 - The Eagle
9 - Plague
10 - Inquisition
11 - The King Will Die
12 - I Don't Believe
13 - Try To Live Again

CD2
1 - War Of Religions
2 - The Inquisitor's Rage
3 - Chosen Man
4 - World War II
5 - World War III
6 - Because Of You
7 - The End Of The World
8 - I'll Remerber You

Nikolo Kotsev, compositeur et guitariste russe est surtout connu pour ses disques de Brazen Abbot, une formation studio orientée vers un style similaire à Deep Purple AOR. Il est cette fois-ci encore, entouré de John Leven (basse), Ian Haugland (batterie) et du claviériste Mic Michaeli, qui ne sont autres que les ex-Europe, qui officiaient aux côtés de Joey Tempest et John Norum. Ce nouveau projet, bien plus ambitieux que les précédents, retrace la vie et les prophéties de Nostradamus, célèbre personnage français du 16ème siècle. En effet, en dehors de la présence d'un orchestre symphonique de 35 musiciens, le casting au niveau des chanteurs représente la crème de la crème des chanteurs de Hard Rock : Göran Edman (Malmsteen, Kharma…), Glenn Hugues (Deep Purple, et de nombreuses participations et d'albums solos), Jorn Lande (Malmsteen, Mondanus Imprerium, Ark, etc…), Joe Lynn Turner (Rainbow, Malmsteen, Deep Purple, en solo…), Doogie White (Rainbow, Cornerstone…) et deux chanteuses, Sass Jordan et Alannah Myles, dont la chanson Black Velvet fut un succès mondial.

Il s'agit un véritable Opéra Rock ou chaques rôles est tenu par un chanteur et l'ensemble est très équilibré, les chanteurs se partagent assez équitablement les trois actes. C'est d'ailleurs sur le "frissonnant" The Chosen One que Glenn Hugues dans le rôle de Henri II donne la réplique à Nostradamus dont le rôle est interprété par Joe Lynn Turner, un autre chanteur de légende pour cette chanson plein de feeling, un duel au sommet ! Le chant coverdalien de Jorn Lande est assez décalé par rapport aux autres avec son style plus "méchant" et ne pouvait donc tenir d'autre rôle que celui de l'inquisiteur, c'est particulièrement bien vu.

L'orchestre symphonique est dans un style assez proche des musiques de films composées par James Horner ou Mikael Kamen, avec une dynamique un peu moins percutante. Peut-être qu'il s'agit d'une question de budget d'enregistrement, qui devient forcément pharaonique lorsque l'on prend l'initiative d'utiliser de véritables instruments, mais aussi plus probablement pour garder un son plus "rock". En tous cas, on s'aperçoit vite que Nikolo Kotsev, en plus d'être un sacré guitariste (et violoniste !), est aussi un compositeur classique vraiment doué.

Ainsi, cet ensemble ambitieux évite parfaitement le côté pompeux que pourrait avoir ce genre d'aventure, ici les véritables instruments ajoutent une touche très classieuse. Globalement, le premier acte est assez FM/AOR, un peu comme si Queen (par ex. sur The Eagle) rencontrait Deep Purple. Le second acte lui est un peu plus proche de Deep Purple (flagrant sur I Don't Believe) dans un style Hard Prog symphonique. Le rapprochement avec ce groupe mythique est fortement suggéré avec d'une part, le style de chanteur comme Glenn Hughes, mais aussi la présence de l'orgue de Mic Michaeli dans le pur style de Jon Lord. Certains titres sont très symphoniques (Overture, introduction, Henriette...), d'autre entièrement rock (Home Again), ou alternant les deux (The King Will Die), mais les plus spectaculaires sont ceux dont les styles fusionnent : il est difficile de ne pas être impressionné par le fabuleux 3ème acte particulièrement épique (End Of The World, Word War II&III…), avec la grandiose performance de Göran Edman.

Un véritable festival vocal ! Si nous connaissons bien le talent individuel des protagonistes, ils donnent ici le meilleurs d'eux-même, probablement grâce au simple fait qu'ils soient ainsi réunis et chacun s'en trouve plus motivé. Le seul petit inconvénient de l'œuvre vient de la difficulté à digérer les deux CDs (je préfère le second), ils représentent une quantité de musique assez importante à assimiler.

Sans aucuns doutes que les fans du genre vont craquer pour ce double album car il représente un parfait intermédiaire entre toutes les dernières réalisations du genre : le style progressif 70's sauce opéra-concept de Ayreon (The Final Experiment), les "dialogues chantés" apportant la cohésion et le dynamisme d'un Avantasia, le style de chant et l'osmose symphonique du Trans-Siberian Orchestra (Beethoven's Last Night). Sans aucun doute l'œuvre la plus aboutie de Nikolo Kotsev, et peut-être le meilleur des opéras "hard".

Titre Favori : Chosen One

 

Le groupe est composť de :
Nikolo Kotzev : guitares, violon, claviers et percussions

Mic Michaeli : orgue
John Leven : basse
Ian Haugland : batterie

Chant :
Alannah Myles : Anne Gemelle
Sass Jordan : Catherine, Reine de France
Göran Edman : le fantôme
Glenn Hugues : Henri II, Roi de France
Jorn Lande : l'inquisiteur
Joe Lynn Turner : Nostradamus
Doogie White : le narrateur

 

 

 

 

Retour