WASP
Unholy Terror
(Metal-Is)

1 - Let It Roar
2 - Hate To Love Me
3 - Loco-motive Man
4 - Unholy Terror
5 - Charisma
6 - Who Slayed Baby Jane ?
7 - Euphoria
8 - Raven Heart
9 - Evermore
10 - Wasted White Boys

W.A.S.P. est une des figures les plus emblématiques du Heavy Metal américain et n'a pas dérogé à la panique générale du milieu des années 90, où la plupart des groupes d'outre-atlantique se sont artistiquement dispersés pour tenter de maintenir leur succès : autant de tentatives qui se sont révélés de cuisants échecs.

Pourtant après The Headless Children, une véritable bombe suivit de l'ambitieux The Crimson Idol, WASP et son Leader/chanteur/guitariste ont montré l'étendu de leur talent, prouvant que l'imagerie sulfureuse à grand renfort de cuir, clous, maquillage, sang et autres provocations, développée par le groupe n'était pas un masque à une quelconque aspect limité de leur musique. Par la suite, le groupe c'est plus ou moins disloqué (Still Not Black Enought) puis le guitariste Chris Holmes est revenu pour un excessivement provocateur K.F.D. qui symbolise un peu le problème de WASP : de ce très bon album avant-gardiste à l'atmosphère démoniaque, la presse n'en aura retenu que les mises en scène douteuses et la provocation gratuite lors des concerts de la tournée qui suivit. Ensuite, l'album Helldorado s'est révélé comme un retour aux sources (The Last Command...), avec un hard très AC/DC, mais guère convaincant et l'on pensait alors que le groupe allait doucement s'enfoncer dans la seconde division. C'est alors que Metal-Is, le label qui a spectaculairement remis en selle Rob Halford, a recueillit W.A.S.P. avec probablement comme condition, de casser à nouveau la baraque avec le Heavy Metal abrasif qui a fait la gloire de la bande à Blackie Lawless….

C'est donc avec une demi-surprise que l'on retrouve la pédale double-basse sur Let It Roar, un titre qui sent la poudre avec un enfer de guitares nerveuses. La tendance se confirme avec Hate To Love Me et son final grisant et on se dit que c'est du côté du Heavy Metal de The Headless Children que le groupe semble revenir, mais avec un feeling fondamentalement plus "hard", la batterie se faisant moins lourde, la production ayant un peu un côté Rock'n'Roll…un peu dommage. Le chant de Blackie, qui a probablement inspiré Hansi Kursh de Blind Guardian est à l'image des guitares, complètement survolté et agressif.
Les compositions sont d'un bon niveau, dans la moyenne de ce que nous a habitué le groupe sur ce nouvel album d'une intensité inespérée, même si la magie rythmique et la grandiloquence jouissive d'antant n'est pas complètement restituée. Le point culminant de Unholy Terror est le rampant Charisma, qui n'est pas sans évoquer la chanson The Headless Children.

Le Heavy Metal doit avoir regagné ses lettres de noblesse car visiblement, il ne semble plus honteux d'en jouer pour que Rob Halford, Megadeth, et peut-être prochainement Scorpions et Queensrÿche, soient si soudainement repris pas leur première passion. Mais le résultat est là et nous aurions tort de bouder notre plaisir avec un retour aussi intéressant que Unholy Terror. En revanche, si pour vous la musique de WASP est encore totalement inconnue, il devient vraiment urgent de vous procurer The Headless Children et The Crimson Idol avant tout. Si ces deux disques sortaient maintenant, ici ils auraient probablement 5.5 voir 6 :-).

Titre favori : Charisma

Le groupe est composť de :
Blackie Lawless : chant, guitares, claviers

Chris Holmes : guitares
Mike Duda : basse
Frankie Banali : batterie (sur 5 titres)
Stet Howland : batterie (sur les autres titres)
Roy Z : guitare solo sur Wasted White Boy, Who Slayed Baby Jane

Discographie :
WASP - 1984
The Last Command - 1985
Inside The Electric Circus - 1986
The Headless Children - 1989
The Crimson Idol - 1992
Still Not Black Enough - 1995
Kill Fuck Die - 1997
Helldorado - 1999
Unholy Terror - 2001

Sur internet :
Fan-club Européen : http://www.waspwarriors.com
Site officiel : http://www.waspnation.com

 

 

 

 

 

Retour